mercredi 18 juillet 2012

dimanche 12 février 2012

What's your facebook?



À l'heure où nous nous parlons (ou à l'heure où je parle seule surtout), tout le monde a facebook. Même ta prof de primaire. Même ta grand-mère. Même ceux qui n'aiment pas. Et de cette hétérogénéité se dégage plusieurs types de facebookiens. Attention: liste (clairement) non-exhaustive.

1. Le facebookien sachant facebooker
C'est celui qui gère totalement, il connait tous les raccourcis, il like avant que tu n'aies posté quoi que ce soit "T'as encore rien posté mais j'ai liké". C'est le premier à se plaindre des changements d'interface facebook mais aussi le premier à l'avoir et à avoir changé 5x sa "cover photo" en 3 heures (merci timeline). Il est à la page niveau "mèmes", il en déjà inventé 3, il connait toutes les vidéos de LOLcats et a rejoins tous les groupes possibles (dont le groupe "J'peux pas, j'ai facebook" et "J'ai rejoins tous les groupes inimaginables"). C'est le 1er à poster les vidéos virales aussi. D'ailleurs si t'as le malheur de poster une vidéo vieille d'un jour, tu verras un commentaire dans la seconde: "c'est vieux ça". Geek.

2. Le facebookien qui est là sans être là
"Là tu m'vois, là tu m'vois pas". C'est celui qui fait genre "j'ai une vie sociale réelle" et qui aime faire croire qu'il passe peu de temps sur facebook. En réalité, il est là, derrière son écran, à se retenir de liker ou de commenter parce que sinon "pas déconner on va croire que je passe ma vie sur facebook". Tu passes ta vie sur facebook. T'assumes juste pas. T'es d'ailleurs celui qui fait remarquer aux gens qu'ils passent trop de temps sur facebook. T'es hyper convaincant quand tu réponds 5 jours plus tard "haha trop drôle, désolé je viens de voir ton post". Pas du tout, il y a 5 jours, tu as sorti ton compas, dessiné un graphique, fait des statistiques et élaboré un plan: "dans 5 jours je réponds, 5 jours c'est bien". Stalker silencieux.

3. Le facebookien people qui assume
Celui qui n'a pas peur de commenter quand il a quelque chose à dire et de liker quand il aime quelque chose. C'est d'ailleurs souvent le facebookien qui a plein d'amis sous prétexte qu'il croise quelqu'un en soirée ou qu'il échange un bonjour, hop facebook friends! Tu t'es assis à côté de moi dans le metro? C'est quoi ton facebook? Tu as ramassé le crayon que j'avais fait tomber? Sois mon "facebook friend"! Je rêve ou on a échangé un regard? Sisisi j'ai bien vu, c'était beau, t'as facebook? C'est aussi un peu/souvent le cool de facebook, tu sais qu'il va poster un truc drôle ou une vidéo intéressante. Mis à part les posts qui inondent un peu ton feed wall, il te gêne pas trop celui là mais au fait, on s'connait?

4. Le facebookien gros boulet
Celui qui croit qu'il est cool et que tout ce qu'il poste mérite d'être lu/entendu/vu. Alors que non. Cesse tes "lol" et tes "é-nor-me", c'est pas lol ni énorme, c'est lourd. C'est souvent celui qui passe à la trappe quand tu fais un nettoyage d'amis facebook (c-à-d, quand tu supprimes les gens que tu ne connais ni d'Adam ni d'Eve). Autre option si tu n'oses pas l'enlever parce que "finalement c'est pas très cool", tu caches tous ses feeds, hop ni vu ni connu. Le boulet, c'est aussi celui qui a tendance à inonder tes photos de comms, tes posts de comms mais surtout ton wall pour lancer une convers publique qui n'intéresse personne. Et quand tu réponds pas, qu'à cela ne tienne, je reposte jusqu'à ce que tu répondes parce que t'as sûrement pas répondu parce que t'étais pas là ou t'as oublié ou finalement t'as peut-être pas vu ou alors... STOP. J'étais devant mon PC, je t'ai nié. Stalker.

5. Le facebookien poétique
Celui qui, à petites doses, poste des statuts poétiques/intellectuels/profonds. C'est celui qui poste un truc que tu vas soit googler, soit liker sans vraiment avoir compris "mais ça a l'air d'être très beau et profond c'que tu dis". Il est pas trop gênant non plus celui-là. Il a 15 amis facebook dont toi, c'est plutôt sympa. Par contre, il a pas compris que quand il te parlait en privé, il devait pas poster sur ton wall mais dans les messages privés. Il poste d'ailleurs que des statuts, parce qu'il sait pas trop comment poster autre chose. "M'enfin, au fur et à mesure où j'écris, les lettres s'effacent" "Appuie sur insert" "Sur quoi?". Retourne à tes vrais bouquins.

6. Le facebookien révolutionnaire pas content (pas content)
Celui qui se plaint constamment, qui croit qu'il va révolutionner les pensées parce qu'il poste des articles qu'il n'a même pas écrit lui-même. Il a tendance à troller tes posts. Il a toujours quelque chose à dire mais surtout à contre-dire. Le post que tout le monde va liker? Il cherche le bouton "dislike", par principe. Il adore les pseudo-débats où ton espace commentaire devient un long monologue teinté de paroles volées. IL AIME ECRIRE EN MAJUSCULE, CA FAIT TOUT DE SUITE PLUS DRAMATIQUE. Arrête de crier, j't'entends quand même pas.

7. Le facebookien artiste
Celui qui t'en met plein la vue de post en post. Celui qui balance ses talents sous toutes les formes et qui a 4 fan page (une par talent). C'est aussi celui qui cherche constamment des cobayes pour ses projets et qui poste uniquement des vidéos et photos artistiques. C'est la minute Arte sur ton feed wall.

8. Le facebookien bilingue
Celui dont la langue maternelle est le français mais qui trouve ça trop cool de ne mettre tous ses statuts qu'en anglais, de ne quoter qu'en anglais et de ne poster que des vidéos en anglais alors qu'il a 2 contacts anglophones. T'as mis ton facebook en anglais mais tu galères, le traducteur en ligne est ton ami et google ne t'a jamais autant repris. Did you mean...?

Demain, on parlera de ceux qui lisent ce post parce qu'ils m'ont stalkée sur facebook et ont vu dans mes infos que j'avais un blog.

samedi 28 janvier 2012

I tag paper walls

[click click for bigger pics]

dimanche 8 janvier 2012

Ou l'art de tourner en rond


Janvier 2012, faisons le point.

Inspiration: nulle
Résolutions: aucune
Motivation: j'vais m'acheter un monte escalier électrique
Niveau de fatigabilité: je tape ce post les yeux fermés
Accomplissement récent: inventer des mots (ou utiliser des mots dont je pensais qu'ils existaient - galérer à formuler une phrase correctement aussi)
Derniers pays visités: Autriche et UK (ou comment j'aime l'aventure)
Dernier défi relevé: me couper les cheveux (j'me suis sentie aussi héroïque que Natalie Portman dans V for Vendetta, déconne pas)
Dernier achat intelligent: un appareil photo que je n'arrive toujours pas à utiliser correctement (pas si intelligent que ça finalement)

Donc en gros, j'ai juste les cheveux plus courts qu'en 2011.


mardi 29 novembre 2011

Pour vous j'ai testé...

"Je savais que j'avais bien fait de mettre un col roulé aujourd'hui"

...donner une chance à Justin Bieber.

Cessez ces cris hystériques, je n'ai jamais dit que j'appréciais Justin Bieber. Sa mèche rebelle m'irrite autant que  la coupe playmobil de Dora l'exploratrice, sa musique me donne envie de me la jouer Van Gogh et ses clips mielleux me piquent aux yeux.

Cela dit, je trouve que tout le monde s'insurge un peu vite. La majorité des gens ont juste entendu quelques insultes pour se rallier à la cause des anti-mèche-rebelle (ma main à couper que la plupart des anti-bieber arborent une calvitie précoce). Okay, j'ai envie de foutre la tête des biebettes..? biberettes? bib... des fans de Justin dans un four et clairement le phénomène Bieber prend trop d'ampleur proportionnellement à ce que sa musique représente réellement mais moi je me demande pourquoi il y a autant de gens qui le détestent qu'il y en a qui l'aiment.  L'indifférence a tellement plus d'impact. Ma réponse? Il faut tant d'amour pour en arriver à détester quelqu'un: vous aimez tous Justin Bieber. Et voici pourquoi:

- Il va plus vite que toi pour résoudre un Rubik's Cube (true story)
- T'as beau essayer, ta chevelure n'a jamais été aussi fluide et soyeuse que celle de Bieber
- Il a été découvert sur youtube, il y est arrivé sans se présenter aux émissions de télé-réalité que, sois honnête, tu regardes (même que tu t'es déjà demandé ce que tu chanterais si tu t'y présentais. Cramé)
- Il sait chanter. Ah si j'suis désolée, sors de ta douche, il a quand même une bonne petite voix. Jaloux.
- Il joue d'au moins un instrument... et c'est pas de la flûte traversière
- Quand tu regardes ses vidéos sur youtube, t'as envie de le mettre sur ta cheminée tellement tu le trouves mignon avec sa guitare trop grande pour lui. J'ai dit SUR ta cheminée, pas DANS...

Bon ok, peut-être que je déconne et peut-être que tu le hais vraiment. Mais toi, quand t'avais 13 ans, tu écoutais les Spice Girls, les Backstreet Boys ET surtout tu portais des BUFFALOS. Ca n'a plus rien à voir mais je vise là où ça fait mal quand j'ai plus d'arguments.

Allez Justin, sur ce, on va arrêter de t'insulter... non mais tais-toi quand même

Je sais que tu vas le chercher sur youtube, fais pas genre.



jeudi 28 juillet 2011

vendredi 10 juin 2011

samedi 21 mai 2011

Je le veux... peut-être.



Pour réussir un mariage princier, munissez-vous:

- d'une reine (sinon c'est plus trop princier)
- d'une fiancée pas rousse de préférence, ils ont déjà donné apparemment
- d'un prince à la calvitie précoce (ça a bouffé tout mon empan attentionnel, rien à faire)
- d'une robe mi-conservatrice, mi-on est en 2011 pas déconner
- d'une soeur canon
- de chapeaux moches (soyons directs). D'ailleurs, il y avait un concours du chapeau qui faisait le plus mal aux yeux à la fin. C'est pour ça. 
- d'une Westminster Abbey dont la nef fait 3 kms. Ceux qui étaient tout au fond devait être bien dèg. Ils auraient dû mettre des écrans comme aux concerts. 
- d'enfants de coeur à col meringué (qui se sont fait payer une fortune. Y a-t-il eu une audition, ai-je envie de demander)
- d'invités royaux connus (s'ils avaient pu ils auraient invité Babar aussi)
- d'invités pas connus. Soyons sérieux ça doit être le seul mariage où des milliers de personnes qui te connaissent mais que tu connais pas du tout sont invités. J'ai pas reçu de faire-part moi, j'ignorais que c'était un mariage à thème et qu'il fallait se déguiser en drapeau du Royaume-Uni. Si j'avais su j'me serais déguisée en théière. 
- d'un balcon, pour remercier les gens d'être venus. Ca va effectivement plus vite que d'envoyer une carte de remerciement à tout le monde. "AAAAAAAAAH" "Merci d'être venus" "AAAAAAAAAH" "Pas très bavards nos invités, chérie". 

Non j'suis pas en retard, je poste en décalage par rapport aux évènements récents. Demain je parle de la mort de Michael Jackson.  

vendredi 6 mai 2011

I liked to drink the rain to taste the sky



I believed if I could climb the trees behind the house, I'd touch the sky.

samedi 19 mars 2011

jeudi 24 février 2011

Escape


"You can't run from it
You can't hide from it
You can't escape it
Anymore"


The Weight of Glory

lundi 21 février 2011

I Watch Movies #2


Etant donné que ma dernière critique cinématographique (de haut niveau) date d'il y a 2 ans - c'est ici pour relire le chef d'oeuvre qui te donne (pas) envie de voir les films tellement c'est pro - je me décide à vous (vous = ma soeur, mon frère quand il lira dans 2 mois et peut-être un inconnu qui s'est perdu en cherchant un autre site) faire part de mes critiques de films pas spécialement récents ni récemment vus mais qui me viennent à l'esprit, comme ça de suite:

Precious (2008)
Jusqu'à récemment j'en savais pas plus que "c'est le film avec la black obèse et moche?", mais j'devais être un minimum dans le bon vu que ma question était souvent accueillie par des "oui c'est ça!" Quoi qu'il en soit il se fait que c'est bien plus que ça. Basé sur le bouquin "Push" écrit par quelqu'un (de rien), c'est l'histoire d'une ado qui a vraiment pas de bol. Elle a 16 ans, en décrochage scolaire (elle sait à peine lire), elle a déjà un môme et est enceinte d'un 2ème, sans compter sa mère à peine violente qui lui rappelle gentiment tous les jours qu'elle est moche, grosse, bonne à rien et qu'elle la déteste. Bref, vraiment pas le contexte idéal pour s'épanouir. Precious s'évade souvent dans ses pensées où dans un monde idéal elle serait blanche, blonde (elle craque total) et fine et tente tant bien que mal de s'accrocher aux rares moments qui la feront sourire. Blague à part, ce film est intense et secoue un peu, les acteurs sont bons et mes à priori sur le fait qu' Oprah en est la productrice exécutive sont tus. Note: Mariah Carey sans maquillage et Lenny Kravitz en infirmier sont dedans.

Bunny and the Bull (2009)
C'est par le réalisateur des séries psychédéliques britanniques The Mighty Boosh. Si tu vois de quoi je parle, tu aimeras Bunny and the Bull qui est tout aussi taré sauf qu'il y a une histoire plus ou moins logique et que visuellement c'est juste excellent. Ca rappelle un peu le style "papier mâché" à la Gondry, mais sans son génie au niveau de l'histoire (et des détails). En gros t'as un gars qui fout rien de ses journées (je m'y identifie à mort en ce moment), qui n'est pas sorti de chez lui depuis un an et qui se morfond dans son bordel. Bordel dont les différents objets le renvoient à un tas de souvenirs "flashback style" d'un roadtrip passé avec son meilleur ami "Bunny" (le gars crado qui a dû sniffer pas mal de colle pour en arriver à son état de dégénérescence cérébrale - cela dit attachant). Ils passent par plusieurs pays, rencontrent pas mal de gens en route dont une fille qui se joint à eux. L'Espagne sera leur destination finale. Créatif, déjanté, drôle.

Once (2006)
Je l'ai vu il y a facilement 4 ans mais je me rends compte qu'il existe encore des gens ne l'ayant pas vu. Donc vois-le. Un irlandais (Glen hansard) répare des aspirateurs (j'aime rendre l'histoire d'emblée passionnante) et il "busk" aussi (va demander à google ce que ça veut dire si tu sais pas). Il rencontre par hasard une demoiselle à l'accent tchèque (? par là quoi), parce qu'elle est tchèque en fait, donc normal. Il se fait que cette dernière joue du piano et qu'il lui arrive de se balader ("ballade" prend deux "l" mais "se balader" n'en prend qu'un. C'est d'une logique. Et n'a rien à voir, passons) avec un aspirateur (info non significative en fait). Notre irlandais veut enregistrer sa musique avec le petit groupe qu'il a monté, lui et sa pianiste et double voix-iste (elle fait les harmonies quoi) passent donc pas mal de temps ensemble, lui a son histoire, elle a son histoire. Simple, réaliste, de la très bonne musique. Un coup de coeur à l'époque.

Twilight 
Nan j'déconne.

Fish Tank (2009)
Mia qui est en fait, dans notre langage bien adapté, une baraki (en gros quand même un peu, si) a 15 ans et vient apparemment d'un contexte social pas top. Elle vit avec sa mère et sa petite soeur. Sa mère c'est un peu la mère dont on rêve toutes, celle en léopard moulant qui boit et qui ramène des mecs à la maison. Bref, un modèle. C'est là que Mia n'est pas si indifférente au dernier copain de sa mère. Ca va enclencher pas mal d'événements pour moi assez prévisibles. Ah oui et elle aime danser (notons ici la différence entre "aimer danser" et "savoir danser"). J'ignore si ma déception est due à mes attentes trop élevées à cause des prix et des étoiles qu'a récoltés le film. C'est bien filmé, une ambiance assez réaliste est d'emblée plantée et le film a maintenu mon intérêt jusqu'au bout mais je dois quand même être passée à côté (des étoiles).

The Informant! (2009)
Matt Damon a du bide et une moustache (bah si c'est important quand même), il décide de collaborer avec le FBI quand il réalise que sa société fait pas vraiment dans le légal mais il a du mal à garder un secret et pète quand même un mini plomb de pression par moments. On apprécie le fait que ce soit basé sur une histoire vraie, d'autant plus que Matt Damon est hyper convaincant.

Four Lions (2010)
Quatre pseudo-terroristes qui veulent faire sauter de l'anglais, mais qui sont pas hyper entrainés et qui gèrent bof bof. On en rit (beaucoup) et on en pleure (un peu). À voir!

Et le mot de la fin, ou plutot la phrase de la fin, parce que Bérengère Krief résume les films tellement mieux que moi: 
"Pretty Woman, c'est juste l'histoire d'une pute qui a d'la chatte"

It sure takes its precious time.

jeudi 17 février 2011

Jobless

- "Ouais moi je bosse à fond en ce moment, pas une minute à moi. Et toi tu deviens quoi?"

- "Bah moi j'fais des muffins..."


lundi 7 février 2011

Until inspiration hits me again...

...videos it will be.


jeudi 23 décembre 2010