samedi 3 avril 2010

Beauty is our downfall


[You Are Beautiful by KezziRose on DeviantART]

Je gerbe sur le conformisme d'une beauté qui se veut présomptueuse. L'arrogance de la beauté qui n'est que le fruit du hasard, du hasard de gènes aléatoirement entremêles, beauté aléatoire.

Il y a celles qui mettent la barre haut, du haut de leur mètre 79, du haut de leur peau hydratée aux $$$, du haut de la clarté de leurs yeux et du haut de la marque de leur sac à main.
Il y a celles qui mettent la barre haut, du haut la couleur de leur rire, du haut de leur clairvoyance, du haut de leurs blahblahblah, de leurs falala et de leur sourire.
Il y a celles qui ne toucheront pas la barre... ou que du bout des doigts. Elles peuvent alors essayer les falalas et les blahblahblah... mais allez savoir pourquoi, ça fonctionne beaucoup moins bien que la clarté des yeux et la longueur des cils (mais pas des sourcils).

Si je gerbe sur cette conception de la beauté, je ne gerbe aucunement sur ces femmes ça va de soi. Grand bien leur fasse (que ton talon pète sous ton poids plume et que ta première ride te fasse perdre toute crédibilité). Je gerbe sur la société qui ne nous laisse pas d'autre choix que d'envier, de jalouser et de rechercher une perfection qui n'est en fait, pas à portée de tout le monde, qui n'est en fait, à portée de personne.

Soi toi, disent-ils. Soi toi toi-même, ai-je envie de dire. Parce que si moi je suis moi, je ne serais jamais assez elle. Alors soi toi oui, mais sois aussi un peu elle, pour avoir une chance d'accéder à la beauté de la superficialité et à la superficialité de la beauté. Pour avoir une chance d'être effleurée du regard, effleurée d'une approbation arbitraire et subjectivement objective (ou objectivement subjective).

Moi je veux être blahblahblah et falala, légèreté et chocolat, art et caricature, petit nez et taches de rousseur, petites jambes et yeux foncés, yeux foncés et petits yeux. Mais je n'y arrive qu'à moitié. Car si tu arrives à faire abstraction, si tu arrives à oublier le regard, si tu arrives à ne pas souhaiter ce coup d'oeil, donne-moi ton secret. Si tu arrives à ne pas envier, si tu arrives à te regarder sans vouloir y changer quoi que ce soit, si tu arrives à ne rien cacher, donne-moi ton secret. Car oui je gerbe sur ce conformisme, mais je ne me plaindrai pas de mes gènes, ni n'arriverai à totalement me satisfaire de mes falalas et de mon rire sans gêne.

Et homme quand tu as une Beauté, c'est triste que tu parles d'abnégation pour oublier les autres Beautés. Et femme quand tu es Belle, c'est triste que cette beauté ne te suffise pas, comparée à celle d'une autre. Et homme quand tu la tiens, c'est triste qu'il lui manque quelque chose. Et femme quand tu le tiens, c'est triste que son regard à lui ne te suffise pas.

Et je terminerai par les dires (recherchés, profonds, que dis-je touchants) de Christina:
"You are beautiful no matter what they say (oh oh oh), You are beautiful in every single way, You are beautiful mon cul c'est des épinards "

3 commentaires:

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Meilili a dit…

Ya j'adhere...

Fatiguee d'etre esclave d'une societe centree sur une beaute si magnifique et si superficielle qu'elle nous fait gerber a chaque coup. Grand ras le bol (pour rester polie), j'ai envie de dire... Et ya pas que la beaute qui nous fout une pression gargantuesque, le soi + CA ou moins CA ca marche aussi bien. Soite jme jme Mei-Lo

Mellow a dit…

Ah il me semblait bien que c'était toi Lili =D